«

»

avril 05 2017

Visite d’une caserne d’Osaka

Visite d’une caserne d’Osaka

 

Uniforme japonais

Notre première tentative pour visiter une caserne à Osaka a été compliquée, car aucun pompiers ne parlaient anglais… Ils proposeront néanmoins à Anne d’essayer un de leurs uniformes. La ville d’Osaka possède 25 casernes principales et 60 « sous casernes » nous allons bien en trouver une autre.L'équipe du lieutenant Rio

Nous tentons donc une nouvelle caserne à côté de notre logement et c’est payant. Le lieutenant Rio Naito, responsable de l’équipe de sauvetage de cette caserne, commence par nous montrer les différents véhicules. Ils ont plusieurs camions de lutte contre les incendies plus petits que ceux que nous utilisons en France dû à l’étroitesse des rues. La capacité n’est que de 800L contre 3000L pour un FPT (Fourgon Pompe Tonne). Petite particularité, les dévidoirs qui sont des petits chariots sur lesquels il y a des tuyaux en Z alors qu’en France on les enroule autour de l’axe du dévidoir. L’incendie ici est une préoccupation majeure car les maisons anciennes sont majoritairement en bois et sont collées les une aux autres. Ainsi si un incendie se déclenche cela peut rapidement provoquer l’embrasement d’un quartier. Ils possèdent aussi des engins pour le sauvetage avec des équipements pour la désincarcération et les risques chimiques ainsi que deux ambulances.

La ville d’Osaka n’a aucun pompier volontaire, il y a déjà de nombreux professionnels (environ 3500). Leur rythme de travail est 24h garde/ 24h repos et la prise de garde se fait à 9h.

Dans cette caserne ils sont environ 100 professionnels avec seulement 3 femmes. Au Japon la formation dure 6 mois, après vous devez vous spécialiser soit dans le sauvetage, soit dans l’incendie, soit dans le secours à personne.

Portrait du lieutenant Rio (à droite sur la photo ci-dessous)

lieutenant osaka

Entre janvier 2008 et décembre 2009, le lieutenant Rio a été membre et instructeur de l’équipe internationale de sauvetage du Japon. Son équipe forme également les pompiers d’Israël, du Vietnam et de la Thaïlande.

Il est intervenu à de nombreuses reprises pour des tremblements de terre au Japon, mais jamais à l’étranger. En 2011 il a été engagé lors de la catastrophe de Fukushima mais n’a malheureusement retrouvé aucun survivant… 

Toutes interventions confondues ils prennent environ 400 départs à l’année et en seulement 3 mois il y a déjà eu plus de 57 279 interventions pour l’ensemble de la ville d’Osaka.

Manoeuvre sauvetage par l'extérieur

Pour clôturer la rencontre nous avons même eu le droit à une manœuvre de sauvetage par l’extérieur, c’est rapide, carré, efficace !