«

»

avril 27 2017

Rencontre avec les pompiers de Guiuan, village dévasté en 2013 par le typhon Yolanda

Rencontre avec les pompiers de Guiuan, village dévasté en 2013 par le typhon Yolanda

pompiers guiuan L’officier Ryan

Pour pouvoir rencontrer des acteurs lors de cette catastrophe, nous avions pris contact avec les Pompiers de l’Urgence Internationale (PUI) dont font partie notamment des officiers du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) 86 et du SDIS 87. Petite parenthèse sur PUI, association humanitaire française qui œuvre pour porter secours et assistance aux pays victimes de catastrophes naturelles ou humanitaires. Sur place, Charmaine, la sœur du maire nous attendait afin de nous faire visiter les lieux dévastés par le typhon, ainsi que la caserne de pompiers dont les équipements et camions ont été offert par l’association PUI.

Guiuan Fire Stationsdis87

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous apprenons à cette occasion que le Lieutenant-Colonel BESSON du SDIS 87 et son équipe seront présents dans quelques semaines pour former les pompiers de Guiuan sur la nouvelle ambulance tout juste débarquée de Limoges.

 


L’aide des Pompiers de l’Urgence Internationale est précieuse

guiuan fire station

Anne interview Ryan, officier pompier de Guiuan

Le manque de moyen est considérable, PUI et le gouvernement japonais apportent une aide inestimable à cette caserne qui ne compte actuellement que 7 pompiers. Dans cette caserne il n’y a pas de volontaires et les 2 femmes présentes ne vont pas sur intervention même si elles ont la formation… Nous sommes accueillis par l’officier Ryan qui nous explique que grâce à l’aide de PUI, ils ont des formations et du matériel qui rend jaloux leurs collègues des alentours. Ces équipements leur permettent aussi de pouvoir dispenser des formations aux habitants des villages reculés pour connaitre les comportements à adopter en attendant les pompiers. Le territoire couvert est vaste et en 2014 et 2015 les incendies de végétation ont augmenté au point d’en avoir tous les jours. En effet, l’amas de végétation dévastée par le typhon a créé un terrain propice aux feux. Maintenant les statistiques sont revenues à une moyenne plus raisonnable d’un feu par semaine. Les accidents de la route représentent aussi une bonne proportion, ce n’est pas étonnant vue l’état des routes et la conduite plus que sportive des vans.

Ici, ils n’ont pas de centre d’appel centralisé, mais une ligne directe qui arrive au standard de la caserne.

 


Gestion d’une catastrophe

Gestion catastrophe Guiuan

Nous avons également rencontré et interviewé Philippe, le responsable de l’équipe de gestion des catastrophes qui nous a indiqué que leurs méthodes ont beaucoup évolué depuis le typhon (l’accent est mis sur la préparation et la surveillance avec un système d’alerte météo en liaison avec le Japon, point et abris de rassemblement créés pour résister à des typhons plus puissants,…). La gestion à l’époque de Yolanda était déjà bonne, car il faut souligner que la ville est soumise à une trentaine de typhons par saison des pluies (soit 4 mois dans l’année). Les habitants et les secours ont l’habitude. Lorsque Yolanda est survenu, personne n’avait prévu une telle puissance, tout le monde avait sous-estimé la force des vents. De nombreuses campagnes d’informations sont depuis mises en place et la population sait interpréter une alerte et connait les actions à mettre en oeuvre.
Ce fût vraiment une journée chargée et très enrichissante.

Retrouvez les photos de cette journée ici