oct. 04 2017

Caserne Française au Pérou

pompiers de france lima

Au Pérou, nous avons pu visiter deux casernes à Lima, l’une est la plus moderne du Pérou et l’autre est la caserne ‘France’, c’est à dire établie par les français en 1866. Aujourd’hui, malheureusement plus aucun partenariat n’existe entre cette caserne et les pompiers français contrairement à ce que nous avons pu voir au Chili (A la rencontre des pompiers de France au Chili). 

bomberos lima

Le chef de la caserne parle même un français plutôt bon. Il nous explique que la dernière donation française date de 1998, il s’agissait d’un camion de l’association des pompiers sans frontière basée à Aix en Provence. Il nous dit d’ailleurs qu’Aix « c’est tranquille, soleil, pastis.. ». Il a l’air bien informé 😉

Il doit malheureusement partir, mais nous laisse en compagnie d’Omar, une nouvelle recrue qui passe son examen le lendemain pour intégrer la formation afin de devenir sapeur pompier volontaire. Ce dernier nous explique qu’il a choisi cette caserne car il aime son histoire et son attachement à la France. François Hollande est même venu il y a quelques années lors d’un déplacement et chaque année, ils fêtent le 14 juillet avec une commémoration sur la place de Lima devant la statut du contre-amiral Dupetit-Thouars.

Mais qui est ce personnage ?! Il s’agit d’un officier de la marine française qui libéra Lima de l’emprise chilienne durant la guerre du Pacifique en 1880.

La caserne est plus modeste que celle du quartier de Miraflores, les camions sont plus vieux mais les uniformes restent relativement récents. Elle mériterait un petit coup de rafraîchissement mais cela se fera au mesure des investissements.

Au Pérou comme au Chili tous les pompiers sont volontaires et ne perçoivent aucune indémnisation! 

Les uniformes sont fournis par le gouvernement ainsi qu’un minimum d’équipement. Contrairement au Chili les casernes n’ont pas une fonction défini, ça n’est pas compartimenté. Ils font donc tous potentiellement de la lutte contre l’incendie, du secours à victime et du sauvetage.

 

Caserne n°28, Miraflores, caserne la plus moderne du pays

miraflores 28 bomberos

Nous avons pu visiter la caserne n°28 du quartier historique de Miraflores. C’est la mieux équipée du pays à ce qu’on a pu entendre dire de José Louis, pompier de la ville de Cusco qui parle très bien français. Elle a effectivement de nombreux véhicules en bon état, la plupart sont américains. Augusto, le pompier qui nous accueille parle un anglais impeccable. Il nous explique que cette caserne reçoit de l’aide de la ville mais surtout d’entreprises privées. Ici donc uniquement des volontaires comprenant quelques femmes.

Dans cette caserne, il y a environ 100 volontaires avec seulement une vingtaine réellement actifs. Il faut dire que l’engagement est prenant car les débutants viennent d’abord pendant environ 6 mois pour connaître la vie en caserne, s’imprégner du métier…ensuite ils passent un examen pour entamer 6 mois de formation là encore non rémunérée. Puis ils peuvent enfin intervenir avec certains modules complémentaires à obtenir au fur et à mesure de leur engagement par exemple comme en France s’ils veulent être chef d’équipe.

Le secteur pris en charge par cette caserne est principalement résidentiel avec peu de gros incendies. En revanche, ils ont de nombreux accidents de voiture avec une « rocade » qui passe le long de la côte et une avenue principale qui coupe du nord au sud.

Intervention sur un feu

Il nous raconte qu’il y a quelques mois, il y a eu un énorme feu d’entrepôt sur lequel il est intervenu, nous vivons l’intervention avec lui, nous sommes dans les flammes, nous sentons la fumée qui nous brûle la gorge.. malheureusement deux personnes sont décédées dans cet incendie. Il nous explique qu’il les voyait, mais qu’il n’a rien pu faire pour empêcher cela. Nous le sentons profondément touché par cette histoire. Le feu était d’une ampleur jamais vue ici. Ils ont une codification pour les feux et le niveau 4 et le plus élevé, celui ci était de niveau 5 !

Dans le standard ils ont accès à un écran de contrôle sur quelques caméras qui filment la circulation ce qui les aide à la fois à être informés en temps réel sur le trafic mais aussi vérifier la véracité des appels pour incendies (voient-ils de la fumée ?!). Augusto, un peu blasé, nous indique qu’il est aussi opérateur au centre d’appel du « 116″, 90% des appels sont des fausses alertes…

Se trouve aussi dans ce bureau un écran avec une traçabilité des interventions avec le personnel et les véhicules engagés, les bilans, etc. Et sur l’autre une cartographie classique avec les rues et les bâtiments ainsi que les hydrants. Ils possèdent aussi une application smartphone avec des informations relatives à leur planning, les interventions en cours…comme ce que nous pouvons avoir au SDIS86 qui est aussi en relation avec Waze, application de trafic et de navigation communautaire. Cette dernière permet d’optimiser le temps de trajet des engins en fonction de l’état du trafic mis à jour en temps réel par les utilisateurs aux mêmes. Par exemple si des travaux bloquent une rue et qu’un automobiliste l’indique cela peut être d’une aide précieuse pour les secours qui empruntent alors une autre rue.